S’installer en tant qu’indépendant et la dépendance affective sont à priori deux sujets qui ne concordent pas. Pourtant, le premier peut être un excellent antidote pour nous sortir de la dépendance affective. Pour cela, vous devrez toutefois être prêt à attaquer les obstacles de la vie entrepreneuriale. Ce parcours du combattant vous poussera à sortir d’une zone de confort qui vous maintient dans un état de passivité. Ce dernier crée à son tour des formes de dépendances, dont celle qui est affective.

Une forme de soumission

Les signes de la dépendance affective sont considérables. Bien que nous le relatons directement à notre vie sentimentale, il englobe les nombreux dysfonctionnements de notre personnalité.

Avant de poursuivre la suite de cet article, je vous invite à mesurer votre degré de dépendance affective grâce au quiz ci-dessous.



Te trouves-tu dans la dépendance affective ?



Tu préfères une relation de couple :



Les nombreux problèmes de ton crush :



Quand ton crush te fait souffrir en abusant de ta confiance :



Tu as un rendez-vous avec un ami et ton crush te contacte afin de vous voir :



Quand ton crush met du temps à répondre à un message :



Pour toi l’amour c’est :



Quand ton crush manifeste son désintérêt, tu :



En amour tu es du genre à :



Quand tu vois la personne qui te plait flirter avec quelqu’un d’autre, tu te dis :



Quand quelqu’un te plait :




Votre note est de




0%






Les personnes qui ne parviennent pas à sortir de la dépendance affective ne sont pas les décideurs de leur existence. Elles marchent avec un système de validation extérieure qui les empêche de piloter leur quotidien. L’accoutumance affective se traduit par de multiples facteurs souvent reliés à des angoisses.

Avec des causes telles que la recherche d’approbation, la peur de prise de décision, nécessiter l’autorisation d’autrui et l’incapacité à poser ses limites, nous nous logeons automatiquement en position soumise.

Les dépendants affectifs sont des individus qui espèrent et rêvent énormément. Cette posture est particulièrement stressante pour eux puisqu’ils ne décident pas de leur sort. Leur bonheur et leur malheur sont communément placés entre les mains des gens à qui ils accordent ce pouvoir.

Lisez aussi : Pourquoi de nombreux indépendants galèrent-ils dans leur vie amoureuse ?

Le danger pour ces personnes est qu’elles restent parfois dépendantes affectives pendant des années, voire toute leur vie. L’autorité octroyée à autrui ne fait que diminuer le leur et cela mène inévitablement à de la frustration. Celle-ci se transformera dans certains cas en une colère qui peut être aussi bénéfique que néfaste.

Trop tributaires des autres, les individus qui n’ont pas pris conscience de leur soumission risquent d’attribuer l’entièreté de leurs maux à autrui. Cela ne fera finalement qu’alimenter une rancœur mal placée qui conduit parfois à des drames.

D’autres, plus observateurs, vont identifier leurs propres erreurs. Sans se discréditer gratuitement, ils vont analyser à froid les récurrences qui les aideront à sortir de la dépendance affective.

Une mise en danger comme point de départ pour sortir de la dépendance affective

La mise en danger exprime ici la décision de se confronter à la société et sa réalité pas toujours évidente à appréhender. Éviter la fuite et affronter les autres est un premier pas primordial pour sortir de la dépendance affective.

Ce coup de pied au derrière peut en outre être motivé par une obligation professionnelle. Bien que certains se satisfont de généreuses allocations de chômage étendues sur des années, la perte d’un emploi sert généralement de moteur.

Lisez aussi : Pourquoi ne faut-il pas avoir de quitter son travail ?

Si vous vous retrouvez dos au mur financièrement, la recherche d’un nouveau job passe par une phase de démarchage, d’envoi de CV ou de lettres de motivation. Vous êtes dans la quasi-obligation de vous vendre et d’étaler vos compétences. Cela peut paraitre basique, mais les dépendants affectifs pêchent dans ce domaine.

Vous faites peut-être partie de ces individus qui craignent les entretiens d’embauche. Par peur de ne pas correspondre, vous déclarez être prêts à effectuer n’importe quelle tâche. Lorsqu’on demande vos prétentions salariales, vous affirmez que le minimum vous convient.

Un retour sur le marché de l’emploi peut être un point de départ pour quitter cette contrainte affective. Or, cela dépendra des responsabilités allouées à votre poste. Dans d’innombrables jobs de salariés, vous n’avez aucune marge de manœuvre.

De nombreux travailleurs se soumettent naturellement à leur supérieur et peinent parfois à établir un cadre. La frontière est aujourd’hui assez floue entre le professionnel et le privé. Certains employeurs profiteront de votre bonté pour vous faire bosser plus tard ou, pire, depuis chez vous hors du cadre légal.

Devenir indépendant pour se propulser hors de la zone de dépendance

Déterminés à ne plus être à la merci d’un patron, les plus motivés, passionnés ou téméraires, choisissent de se lancer dans l’entrepreneuriat. Devenir indépendant est une décision risquée sur le plan financier, mais c’est également celle qui vous aidera à sortir le plus facilement de la dépendance affective. À l’image de quelqu’un qui fait des placements osés en bourse où l’écart bénéfice/risque s’élargit, vous prenez les choses en main.

Les jeunes “Freelance” sont très rapidement propulsés dans une jungle où ils doivent faire leurs preuves. Nous pensons à tort qu’ils sont leur propre patron. En soi c’est vrai, mais ils dépendent quand même de leurs clients. Dans des marchés parfois ultra-concurrentiels, ils doivent sortir du lot.

Beaucoup parmi eux passent inévitablement par une phase dans laquelle ils sous-facturent leurs services pour se faire connaitre. Les débuts sont compliqués et un nombre incalculable de jeunes entrepreneurs abandonnent trop vite la partie.

En tant qu’indépendant, vous dépendez de vos ventes et de vos services payants. Personne n’est là pour vous guider ou vous dire quoi faire. Hormis quelques “Freelances” qui se laissent bouffer par des clients toxiques, vous pilotez votre activité afin qu’elle prospère.

Cette forme de leadership solo peut être révélatrice pour certains individus qui doivent sortir de leur cocon. Les jeunes entrepreneurs motivés ne peuvent pas se permettre d’être dépendants affectifs puisqu’ils restent animés par leur activité.

Se lancer dans un projet est un pas primordial pour sortir d’une passivité où nos émotions dépendent des autres. Les indépendants appréhendent avec l’expérience comment ils doivent gérer leur temps.

Ils saisissent la psychologie des clients à qui ils ont parfois appris à dire non, à mettre des limites. Leur réussite les aide quotidiennement à comprendre qu’ils n’ont pas à dépendre des autres pour évoluer en tant que personne.

Le moment de recadrer sa vie sentimentale pour sortir de la dépendance affective

Les personnes devenues indépendantes n’ont pas seulement changé de voie professionnelle, ils adoptent un mode de vie où ils doivent apprendre les choses. Un “Freelance” soumis ne peut par essence pas prospérer dans son activité.

Bien qu’il se confronte à d’autres difficultés telles que le temps à pouvoir allouer à son couple, il a pris l’habitude d’être son propre guide dans les différentes sphères de sa vie.

Non seulement son style de vie active est plus attractif, mais il connait l’importance à accorder à son temps qui est devenu précieux. Il saisit la portée de pouvoir dire non et de ne pas vivre à travers son ou sa partenaire, car cela ne lui convient pas.

Habitués à se concentrer sur une multitude de tâches, les indépendants n’ont pas le temps de se mettre en attente. Ils parviennent enfin à prendre les devants quand il faut et dès lors leurs chances de vivre une relation plus équilibrée croissent.

Lisez aussi : Comment le statut d’indépendant peut vous aider dans votre vie amoureuse ?

Un perpétuel apprentissage à tous les niveaux

Toutes les problématiques qu’un couple peut rencontrer au cours de son histoire ne vont évidemment pas être réglées d’un coup de baguette magique. Un “Freelance” chevronné est toutefois habitué à observer et à analyser le marché et ses clients. Il adopte une routine d’apprentissage.

Dans cette optique, il sait inconsciemment quels types de personnes il recherche. Nul n’est à l’abri d’une relation toxique, mais face à l’urgence de se nourrir, il ne perd pas son temps avec des futilités. Les indépendants rencontrent de vraies difficultés lors de la quête d’un partenaire amoureux.

Cela est fortement relié à une vie sociale parfois abandonnée, mais cela traduit surtout une bonne connaissance d’eux-mêmes et ce qu’ils désirent chez l’autre. Tous ces ingrédients l’aideront, si besoin, à sortir de la dépendance affective.

Vous êtes indépendants et éprouvez des difficultés dans votre vie amoureuse ? En dépit de vos nombreuses activités, vous désirez sortir de la dépendance affective ? Exposez-moi sans plus attendre votre situation dans une des formules de coaching de votre choix !