Employé à tort et à travers, le mot toxique fait aujourd’hui le bonheur des créateurs et créatrices de contenus. Dans une ère où les relations amoureuses n’ont jamais semblé aussi compliquées, les mauvaises personnes seraient apparemment omniprésentes. Loin de moi l’idée de renier l’existence des nouveaux parias de notre vie sentimentale, interrogeons-nous surtout sur le pourquoi de ce manque de discernement dans nos choix.

La découverte d’un monde d’inconnus

Ce que je désire mettre en lumière dans cet article est le pourquoi nous tombons et choisissons d’intégrer de mauvaises personnes dans notre vie amoureuse. Hormis certains mariages forcés, nous avons le choix. Celui-ci est d’ailleurs démultiplié depuis l’apparition des réseaux sociaux et des applis de rencontre. Bien que ces options quasi illimitées s’avèrent inaccessibles pour la majorité des individus, nous avons tous accès au catalogue.

Absolument tous les types de profils existent, surtout si vous habitez dans une grande ville. Cette diversité dans le choix est à double tranchant. D’un côté vous pouvez concentrer votre énergie sur le type de partenaire qui vous attire, mais en contrepartie vous sautez souvent dans l’inconnu.

Les réseaux sociaux et applis de rencontre qui nous ont fait découvrir un autre monde

Des réseaux sociaux comme Facebook et Instagram ou des applis de rencontre comme Tinder ou Adopteunmec vous ont peut-être fait rencontrer des personnes que vous n’auriez pas croisées dans la vraie vie.

Il y a à peine 20 ans, nos partenaires amoureux émanaient, en immense majorité, de notre cercle social. À l’époque, nous disposions davantage d’informations sur nos potentiels partenaires qui ne nous étaient pas totalement étrangers.

Aujourd’hui, il est plus compliqué de dresser le portrait d’une personne rencontrée en ligne. Quelques photos, une description et des conversations par écrit demeurent les seules informations de départ que nous avons à disposition. Dans ce cadre, notre projection a plus de chances d’être erronée face aux nombreux paramètres qui nous manquent.

Or, l’humain a besoin de se projeter et n’a jamais attendu d’avoir 200 infos à disposition pour le faire. Certains, surtout du côté masculin, idéalisent déjà leur histoire avec une personne inconnue à travers une simple photo.

Vous n’êtes pas responsable d’attirer les mauvaises personnes

Non, ce n’est pas du tout ce que je pense, mais c’est le message passé par les médias et autres “spécialistes” qui inondent les réseaux sociaux. Mettons évidemment de côté toutes les vraies mauvaises personnes qui ont certainement abusé de leur emprise pour nuire à leurs partenaires.

Prenons aussi en considération ce que j’ai évoqué précédemment avec l’explosion du nombre de partenaires potentiels. Cela ne nous facilite sûrement pas la tâche dans le choix d’un être qui nous correspond.

Nous sommes quasi passés du mariage forcé à une impression d’un catalogue illimité. Même si nous n’avons sans doute pas accès à tout, cette illusion divise notre attention ! Elle complique nos possibilités de tomber juste dans le choix du bon partenaire.

Le mot toxique pour se dédouaner de toute responsabilité

Ce que je désire mettre en lumière dans cet article est le pourquoi nous tombons et choisissons d’intégrer, sans le vouloir, des mauvaises personnes dans notre vie amoureuse. Le terme toxique est d’ailleurs devenu un mot fourre-tout lorsqu’il s’agit de décrire une relation qui n’a pas marché. Je sais que je ne vais pas me faire des amis en disant ceci, mais arrêtons de voir des pervers(es) narcissiques partout.

Ils existent évidemment et si vous en avez été victimes, il vous faudra certainement du temps pour faire à nouveau confiance en amour. Or, d’un point de vue général, pensez-vous qu’il y ait autant de mauvaises personnes qu’on le prétend ? Comment se fait-il que vous les attiriez à vous ? Vous êtes-vous demandé si un(e) de vos ex(s) vous a déjà dépeint parmi les individus toxiques de son parcours sentimental ?

Les nombreux créateurs de contenus spécialisés dans cette thématique savent pertinemment que ce sujet a le vent en poupe. Vivre un échec sentimental est compliqué, une rupture brutale l’est encore plus. Dans ces circonstances, la consommation de vidéos et articles destinés à nous remonter le moral est primordiale. Or, s’ils sont parfois justes, ils ne dépeignent que la partie immergée de l’Iceberg.

La majorité des “spécialistes” disent ce que vous voulez entendre. À ma modeste échelle, je prends le “risque” de vous interrogez sur la partie que vous réfutez ou refusez de voir. Je ne le fais pas par plaisir sadique ou pour éveiller mon côté rebelle qui irait à contre-courant d’une forme de pensée générale. Je le fais pour que vous ne vous retrouviez plus dans pareille situation dans votre prochaine relation.

Un manque de compréhension de l’autre

C’est à mon sens le point névralgique des nombreuses tensions actuelles qui compliquent les relations hommes-femmes. Le manque de compréhension de l’autre est omniprésent et peut s’expliquer de plusieurs façons.

Tout d’abord, revenons-en à notre société proposant des choix quasi illimités. Si cela s’applique à tout type de marchandises, l’humain est également devenu un produit. Il est dès lors plus facilement interchangeable.

Le taux de compréhension diminue inévitablement dans une ère offrant un nombre incalculable d’options. L’humain n’est plus conditionné à s’attarder sur un produit ou un individu. Devant une difficulté, il se tournera naturellement vers une autre option. Il ne le fera évidemment pas toujours, mais les diverses tentations et distractions le pousseront plus aisément à s’éloigner.

Dans la suite logique de ce manque de compréhension, nous vivons dans une société occidentale centrée vers le “moi”. Tout est fait pour flatter notre personne qui passe avant l’autre ou l’intérêt collectif. Nous avons désormais le loisir de nous divertir et de nous informer via de multiples canaux et quand nous le désirons.

Plus personne n’est contraint de suivre les 2-3 seules chaines de télévision nationales et c’est évidemment une bonne chose sous plein d’aspects. Or, le revers de la médaille est que nous n’avons plus du tout les mêmes références. Deux voisins peuvent sembler vivre dans des mondes totalement distincts.

Une émergence de plusieurs mondes personnels

Trop d’individus ne sont désormais plus concentrés sur le monde, mais sur leur monde. Grâce à internet, nous avons le loisir de suivre uniquement nos mentors et les personnes partageant les mêmes centres d’intérêt que nous. D’innombrables mondes évoluent aujourd’hui dans une zone géographique plutôt proche sans jamais interagir. Ce constat est surtout vrai pour les citadins.

Le fait de constituer notre monde a quelque chose de jouissif. Ceux qui ont joué aux Sims savent probablement de quoi je parle. Or, cette façon autocentrée de vivre ne favorise pas notre ouverture d’esprit. Elle ne priorise clairement pas la connaissance de l’autre et pousse à l’incertitude dans une compréhension de soi sans cesse renouvelée.

Les créateurs de contenus participent activement à ce phénomène. Ces derniers ne sont évidemment pas malintentionnés pour la plupart. Or, ils demeurent nombreux à semer le doute dans notre esprit en focalisant trop sur notre monde.

L’excès d’estime de soi, confiance en soi ou enfant intérieur ne fait que nourrir notre égo. Certains agissent tels des guérisseurs après une rupture compliquée, mais ils ne vous donnent jamais les clés pour mieux gérer la suivante.

D’autres produisent incontestablement un travail de qualité, mais il n’est pas aisé de les distinguer. Non pas qu’ils soient invisibles, mais ils peuvent décrire une réalité que nous ne sommes pas toujours prêts à entendre pour progresser.

Pourquoi les hommes prennent-ils des femmes toxiques ?

Après avoir longuement introduit les raisons de notre manque de discernement dans le choix de nos partenaires, évoquons quelques exemples concrets des difficultés rencontrées par les hommes et les femmes hétérosexuels.

Du côté masculin, le problème majeur est l’absence d’opportunités sur le marché des rencontres. L’homme lambda célibataire se trouve confronté à une concurrence beaucoup plus rude qu’il y a encore 15-20 ans.

Les réseaux sociaux et applis de rencontre lui ont tout d’abord donné une illusion d’avoir un accès à un nombre incalculable de femmes. Ce sont cependant ces dernières qui ont la mainmise en ligne.

Devenues plus indépendantes qu’avant, elles sont également nettement plus courtisées. Cette position de force permet à la gent féminine de se montrer plus dur en négociation sur le marché des rencontres.

Le problème des applis de rencontres

Tinder illustre parfaitement ce marché. Les filles représentent environ un tiers des utilisatrices et sont confrontées à d’innombrables garçons en demande. Ce déséquilibre les place en position de force et d’attente dans le choix de partenaires. Hormis la petite partie des hommes ayant le plus de succès sur les applis de rencontre, il y a peu d’élus parmi les autres.

Une majorité d’hommes se sentent obligés de baisser leurs standards et attirent des femmes qui ne leur correspondent pas. Ils n’ont le choix que de celles qui veulent bien d’eux. Leur taux famélique de matches se transforme généralement en missmatch, mais ils demeurent nombreux à privilégier cette option plutôt que de se retrouver seul.

Si cela vous concerne, messieurs, je vous conseille vivement de répondre au quiz ci-dessous pour déterminer l’intérêt de poursuivre ou non sur Tinder, Bumble ou autres.



Dois-tu continuer à utiliser les applis de rencontres (homme) ?



Avant d’aller sur les applis de rencontres, ma vie sentimentale était :



En constatant qu’une minorité d’hommes a du succès sur les applis de rencontres, tu te dis :



En sélectionnant tes options dans les applis de rencontre, tu :



Sur les applis de rencontres, tu :



Quand tu utilises une app comme Tinder, tu :



Quand je reçois une notification de Tinder ou autre tu :



Les applis de rencontre m’ont permis de me sentir :



Mon expérience sur les applis de rencontre ressemble plutôt à :



Pour toi, les applis de rencontres c’est :



Tu utilises les applis de rencontres parce que :




Votre note est de

0%






Pour d’autres raisons, cela vous concerne également, mesdames. Voici votre quiz !



Dois-tu continuer à utiliser les applis de rencontres (femme) ?



Pour toi, les applis de rencontres c’est :



Avant d’aller sur les applis de rencontres, ma vie sentimentale était :



Après avoir utilisé les applis de rencontres, tu penses :



Quand un homme te plait, tu :



Sur les applis de rencontres, tu :



Quand tu utilises une appli comme Tinder, tu :



Quand je reçois une notification de Tinder ou autre :



Les applis de rencontre m’ont permis de me sentir :



Mon expérience sur les applis de rencontre ressemble plutôt à :



Tu utilises les applis de rencontres parce que :




Votre note est de

0%






Dans une ère numérique où un physique avantageux est un atout prépondérant, d’autres peuvent se sauver avec leur statut social. Or, ils risquent naturellement d’attirer des femmes uniquement intéressées par ce statut.

Dans ce contexte, il est devenu courant de voir des hommes se mettre en couple avec des femmes de pays plus pauvres. En soi, il n’y a pas de mal à cela, mais les deux partenaires n’auraient pas forcément été un premier choix dans des circonstances « normales ».

Trop d’hommes perdent confiance en eux suite à leurs maigres résultats sur ces applis de rencontre. Devenus trop conciliants, ils deviennent des cibles pour les femmes malintentionnées qui existent tout autant que leurs homologues masculins.

Les filles toxiques s’inscrivent d’ailleurs souvent sur Tinder et autres, car elles savent qu’elles pourront plus facilement y trouver des hommes sur lesquels elles auront une emprise. Attention, je n’ai pas dit que celles qui s’y inscrivaient étaient forcément toxiques !

Pourquoi les femmes choisissent-elles des hommes toxiques ?

Les femmes sont évidemment toutes aussi à même d’attirer des hommes toxiques à elle. Reprenons le postulat disant qu’elles sont en position de force sur les applications de rencontres. Contrairement aux hommes, la femme lambda n’a pas seulement l’illusion d’une multitude d’options. Elle y a souvent accès !

Elle aura donc le réflexe naturel d’être plus exigeante dans ses choix. L’atout principal d’un profil est l’impression physique. La gent féminine n’échappe pas à l’appel de la beauté et un homme disposant de nombreux arguments aura toujours une longueur d’avance sur Tinder.

Si en plus, ce dernier laisse transparaitre un univers attirant dans ses photos et qu’il n’enchaine pas les fautes d’orthographe tous les deux mots, c’est un plus indéniable.

Toutes concentrées sur les mêmes hommes à éviter ?

Malheureusement pour elles, quasi toutes les femmes se concentrent sur ces mêmes profils d’hommes. Si certaines parviennent à passer un bon moment avec ces messieurs, nombreux parmi eux sont des Dom Juan.

Ils ne sont généralement pas intéressés par une relation après une bonne partie de jambes en l’air. Ces hommes ne sont pas nécessairement toxiques et certains n’ont d’ailleurs jamais menti sur leurs intentions.

Or, il est vrai que beaucoup parmi eux jouissent de leur statut sur Tinder et autres. Ils savent pertinemment comment s’y prendre pour arriver à leurs fins et sont, à ce titre, dépeints comme des pervers narcissiques et sociopathes.

Certains le sont, d’autres pas. Mais le problème n’est pas là ! Le souci est ce mauvais choix de partenaires. Telle une envie de malbouffe, de trop nombreuses femmes se laissent tenter plutôt que de se tourner vers des hommes sains qui sont certes moins sexy au premier abord.

Les hommes lambdas ont d’ailleurs des envies identiques. La différence réside toutefois dans le fait qu’ils n’ont pas généralement pas accès aux femmes qui leur plaisent vraiment.

Vous en avez marre d’attirer les mauvaises personnes et souhaitez un accompagnement afin de ne plus reproduire les mêmes erreurs ? Je vous propose différentes formules d’accompagnements qui nous permettront d’établir un plan d’action !